Kidal: Arrestation ce weekend d'officiers maliens infiltrés dans la ville

armee-court-desertLa gendarmerie du MNLA a mis aux arrêts ce weekend un groupe d'officiers, d'hommes de rangs et d'agent secrets maliens qui s'étaient infiltrés dans la ville de Kidal depuis une dizaine de jours en préparation d'une possible tentative de leur armée de remettre les pieds dans la ville.

 

 

Tout en ignorant absolument de la ville et la région de Kidal, le mot de 5 lettres est devenu aujourd'hui un cauchemar pour la grande majorité des maliens blessés et frustrés dans le plus profond de son âme depuis la fuite de son armée en 2012 contre les assauts des soldats du MNLA.
Cette population qui il y a quelques mois a failli tuer son président Dioncounda Traoré à coups de marteau continu d'étaler sa haine qui rapidement est allé au-delà du MNLA et s'exprime aujourd'hui de manière très dangereuse à l'encontre de la population Touareg en général et celle de Kidal en particulier. Pour assouvir sa haine, la population malienne de l'entrée de son armée dans la ville de Kidal une condition sine qua non pour éviter un bain de sang à Bamako, bain de sang qui concernera et les politiques et les responsables de l'armée malienne.
C'est fort conscient de cette donnée que l'armée malienne, dont la soif de vengeance est encore plus forte que celle des années 1963, avait fixé le 15 Mai comme date buttoir pour son entrée dans la ville de Kidal avec bien sûr l'aide de la France et du Tchad. Les armées françaises et tchadiennes qui ont pu mener à bien l'opération Serval grâce à la coopération des forces du MNLA ont rejetés la demande la demande malienne de retourner leurs armements contre ces mêmes forces du MNLA.
Face à cette désunissions, l'armée malienne à rappeler le narcotrafiquant Colonel-Major Alhaji Ag Gamou de Bamako pour qu'il accélère la reconstruction de sa milice tribale. Depuis une semaine, nos sources nous affirment sur place que le narcotrafiquant Ag Gamou aurait établie des contacts avec les narcoterroristes du MUJAO. Dans nos prochaines éditions, nous reviendrons en détails sur ses échanges.
La milice Delta du Colonel-Major Ag Gamou étant en phase avancée dans sa préparation, l'armée a commencé depuis une dizaine de jours à faire infiltrer dans la ville de Kidal. Dissimuler en commerçant, des officiers et hommes de rangs de l'armée malienne sont rentrés en petits groupes dans la ville. Après plusieurs d'enquêtes de la gendarmerie du MNLA à Kidal, celle-ci à procéder à l'arrestation de plusieurs soldats maliens et d'agents de la sécurité d'état, les services de renseignements maliens.
A Kidal, la gendarmerie nous apprend que les personnes arrêtées ont avoué avoir pour objectif de collecter des informations sur les positions militaires du MNLA et de lancer des combats à l'intérieur de la ville lorsque l'armée malienne s'en approchera.
Interrogé par la radio française RFI, Manga Dembélé, le porte-parole du gouvernement malien n'a pas nié l'action des soldats de son armée. Il s'est tout simplement insurgé sur l'utilisation du lexique espionnage.
Toujours enclin à désinformer et faire rependre leur stratégie mensongère, les autorités maliennes font depuis peu courir la rumeur selon laquelle ce sont les populations du sud du pays qui sont prises à partie dans une ville où se trouve pourtant une partie des soldats français et tchadiens.


Par Aljimite Ag Mouchallatte