Cinq morts, dont 2 occidentaux, dans un attentat terroriste dans la capitale malienne

police-malienne-attentat-2015

Une attaque terroriste a eu lieu dans la nuit du Vendredi au Samedi à Bamako, la capitale malienne. Après avoir jeté plusieurs grenades dans une rue fréquentée par des occidentaux, le terroriste ayant menée l'attaque a pénétré dans une boite de nuit pour y tirer plusieurs coups de feu.

Bien que l'attaque n'a pas encore été revendiquée, elle porte sans doute la marque terroriste ; marque confirmée à la fois par le Mali et la France. Outre l'habillement particulier de l'auteur, il a également été entendu par les témoins criant «Allah Akbar» au moment de son crime.

Le bilan provisoire de cette attaque terroriste est d'au moins 5 morts et une dizaine de blessés. Outre deux victimes locales, un français, un belge, et un autre européen dont la nationalité n'a pas été identifiée.

Cette attaque rappelle malheureusement celles de la France au début d'année. En effet, une partie de l'attaque a été menée par Amedy Coulibaly, un français originaire du Mali. Quelques jours plus tard, Moussa Coulibaly, un autre français d'origine malienne, portant le même nom de famille a été des policiers français gardant un lieu de culte juif.

Les actions terroristes des Coulibaly en France et celle de la boite de nuit de Bamako visant expressément des européens mettent en lumière la propagation des idéaux islamistes au Mali. Dans ce pays où un Ministère de la République est accordé aux Affaires Religieuses et du Culte, organisations islamiques deviennent de plus en plus un contrepoids à l'autorité de l'état.

En 2009, le gouvernement malien avait introduit un projet de loi portant révision du Code de la Famille, avec pour objectif de donner plus de droits aux Femmes, avait été adopté par les députés maliens. Mais juste avant d'être ratifié par l'ancien président Amadou Toumani Touré, le texte fût retourné encore à l'Assemblée Nationale pour une seconde lecture un autre terme pour dire son abandon pur et simple car depuis personne n'en parle. La cause? Le texte fut rejeté par le Haut Conseil Islamique qui lors de ses manifestations contre la proposition de loi menaçais l'état si jamais le texte était transformé en loi.

En 2012, ce même Haut Conseil Islamique (HCI) entretenait des liens privilégiés avec AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique) et le MUJAO (Mouvement pour l'Unicité du Jihad en Afrique de l'Ouest) lorsque ces organisations terroristes occupaient les villes de Tombouctou et de Gao. En Effet, une partie des humanitaires internationales étaient acheminés par le HCI de Bamako vers ces deux villes pour être remis aux terroristes qui à leur tour utilisaient ces aides comme moyen de recrutement car ne les donnant qu'aux familles dont les membres servaient dans leurs rangs.

 

Par Ahmeyede Ag Ilkamassene