Démenti: Contrairement à une brève précédente, la CMA n'a pas encore officialisé sa position

TP-Dementi-630

 

La situation continue d'être assez mouvementée à Kidal où la vie est rythmée depuis quelques jours entre manifestations de la population civile et rencontres de tous les segments de l'Azawad pour échanger sur la décision à prendre concernant la signature ou non de l'accord issu du processus d'Alger 2015.

Contrairement à une brève précédente, la CMA n'a pas encore arrêté de position officielle et définitive. Pour cela, elle attend l'arrivé de l'ensemble des officiels qui devront tous porter ensemble les lourdes responsabilités de la décision prise, quelle qu'elle soit.

Toumast Press porte à la connaissance de l'ensemble de ses lecteurs qu'un problème de communication a entravé la réception et l'utilisation du message de nos représentants à la rencontre de Kidal. En effet, dans l'adresse de Bilal Ag Acherif au stade de Kidal, il n'a pas été dit explicitement que la CMA avait arrêté sa décision.

Cette absence de prises de décisions de la part de la Coordination des Mouvements de l'Azawad vient de m'être confirmée à l'instant par Moussa Ag Acharatoumane. Pour le Chargé de Communication du MNLA, "la rencontre est toujours en cours et elle se poursuivra demain avec les rencontres des 3 commissions des femmes et jeunes, des notables et des officiers de l'état-major militaire. C'est après toutes ses rencontres que la CMA fera une synthèse et prendra une décision qui sera communiquée lors de la clôture de la rencontre, en présence des représentants de la communauté internationale."

Toumast Press s'excuse des désagréments que cette brève a pu causer à ses lecteurs et les tiendra informés des suites de la rencontre de Kidal.

 

Dans un autre volet, Moussa Ag Acharatoumane en a également profité pour "annoncer à l'opinion nationale et internationale que le communiqué qui circule depuis quelques heures sur les réseaux sociaux et écris au nom de la Coordination des Mouvements de l'Azawad n'émane pas de la CMA. C'est un texte qui nous est étranger et dont nous ignorons complètement l'origine. Par conséquent, nous demandons à tous de l'ignorer". 

 

Acheick Ag Mohamed,

Directeur de publication de Toumast Press