Avec le prochain gouvernement Azawadien, l'histoire en train de s'écrire en lettres d'or

carte mnla-drapeau

La société civile de l'Azawad avec l'appui du MNLA mène depuis un peu plus de quarante jours des séries de discussions avec des représentants de l'ensemble de l'Azawad pour réunir toutes les compétences au service de la République Azawadienne. Le fruit de ces démarches sera le Conseil National de la Transition de l'Azawad, le gouvernement national.

On l'attendait depuis le 7 Avril 2012 au lendemain de la proclamation de l'indépendance de l'Azawad. On l'espérait le 27 Avril 2012 lors de la clôture du Congrès de Gao. Mais et le leadership du MNLA et la société civile Azawadienne n'ont pas voulu confondre vitesse et précipitation. C'est dans cette idéologie d'une avancée lente mais sure que le gouvernement Azawadien sera présenter à l'ensemble de l'opinion nationale et internationale selon toute vraisemblance demain, Jeudi 17 Avril 2012, un peu plus de quarante (40) après la proclamation de l'indépendance de l'Azawad.

Nos sources nous apprennent que la formation de ce gouvernement d'union nationale fut la chose la plus difficile entreprise par l'Azawad depuis la proclamation de son indépendance. En effet, le mot d'ordre était d'utiliser la force de l'argument au lieu de l'argument de la force. Dans ce sens, il fallait convaincre l'ensemble des Azawadiens à se mettre au service de la République et de la volonté du peuple Azawadien.

C'est dans cette démarche fédératrice que l'ensemble des cadres Azawadiens ont été invité à rejoindre l'Azawad pour participer à l'édification de la nouvelle nation grâce à leur expérience et savoir-faire. Après quelques réticences normales, la majorité des cadres Azawadiens a décidé d'être les acteurs de la construction Azawadienne au lieu d'être de simples spectateurs chez le colonisateur Malien. Ces cadres ont été convaincus après avoir reçu les garanties qu'ils seront respectés comme il se doit et nul ne saurait entraver la mise en œuvre de leur expérience. En d'autres termes, ils ont compris que l'Azawad ne sera pas une République bananière, mais plutôt une nation dont l'objectif est de relever immédiatement les conditions de vie dans l'Azawad.

Sur le plan militaire, comme nous déclarions il y a plusieurs semaines, la stratégie de l'état-major militaire du MNLA a continué en consistant à utiliser la carotte et le bâton concernant le mouvement Ansar Adine. Après s'être rendu à Gao pour essayer de reprendre le train en marche, Iyad Ag Ghaly et les leaders d'Ansar Adine ont été mis en faiblesse au terme de leur échange avec le MNLA. Le Colonel-Mohamed Ag Najim, Chef de l'état-major militaire a fait comprendre clairement à Iyad Ag Ghaly que le peuple Azawadien n'acceptera jamais un diktat venant de qui que ce soit; dans ce sens il n'y a aucune place dans l'Azawad pour une République Islamique, encore moins pour l'obscurantisme religieux que ses invités veulent imposer.

Après avoir observé que la plupart de ses proches ont été convaincu par le discours du MNLA, et pour ne pas se retrouver presque sans Azawadien à ses côtés, nous sources nous apprennent qu'Iyad Ag Ghaly a finalement décidé de se mettre en marche sous le drapeau d'une République indépendante, laïque, et démocratique de l'Azawad. Cette sage décision d'un fils de l'Azawad fut saluer car il faut rappeler qu'Ansar Adine n'a pour le moment commis aucun acte terroriste.

Même si de nombreux Azawadiens font toujours attention à l'homme qui est connu pour avoir plus d'un tour sous sa manche, il nous semble que la décision de discuter avec lui elle la meilleure qui soit car la très jeune république Azawadienne a besoin de tous ces fils pour reconstruire ce qui a été détruit par plus de 130 ans de colonisation Française et Malienne.

Sauf retournement de situation, le premier gouvernement de la République Azawadienne sous forme d'un Conseil National de Transition sera formé demain. Ce gouvernement selon toute vraisemblance sera à l'image de l'Azawad, c'est-à-dire un gouvernement multiethnique dans lequel aucun groupe ne saurait dominer un autre. Espérons que ce gouvernement mettra les femmes et les hommes qu'il faut aux places qu'il faut et que ceux-ci se donneront immédiatement corps et âmes pour la reconstruction rapide de l'Azawad.


Par Absoussalam Ag Inawelene