Déclaration des Femmes Touarègues Réfugiées à Ouagadougou au Burkina Faso

place-des-cineastes-ouagadougou

- Considérant la situation qui prévaut dans l'Azawad,

- Considérant le rôle prépondérant de la femme dans la société touarègue (rôle de mère d'éducatrice, de socle de la société, gardienne de la culture),

- Considérant que la société touarègue est à 100% musulmane depuis l'avènement de l'Islam en Afrique,

- Considérant que l'islam est une religion de tolérance, de paix et d'amour,

- Considérant la participation effective de la femme Touarègue dans la vie sociale : tâches quotidiennes du foyer, conduite des animaux aux pâturages, recherche de l'eau et du bois, commerce et autres,

- Considérant le nombre élevé de femmes, chefs de famille,

- Considérant notre amour particulier pour la patrie, notre culture et notre histoire,


Nous, femmes de l'Azawad, réfugiées au Burkina Faso,


  • Rejetons toutes fusions, association du MNLA avec ançar dine et les autres groupes intégristes,
  • Rejetons la menace intégriste sur notre vie de tous les jours, une menace pour notre culture de tolérance et d'ouverture,
  • Rejetons toutes interventions militaires étrangères (CEDEAO, UA) de quelque nature qu'elle soit dans l'Azawad,
  • Préconisons le dialogue entre les fils du même pays dans le cadre d'un règlement de conflit afin que cesse le cycle de violence et d'exil,
  • Exigeons l'implication des femmes à tous les stades de concertations et de négociations,
  • Exigeons la libération de toutes les femmes détenues dans l'Azawad,
  • Lançons un cri de cœur pour la libération de Rossella Hury,
  • Félicitons toutes les bonnes volontés morales et physiques qui ont aidé les réfugiés du Burkina, du Niger, de la Mauritanie et de l'Algérie pour l'accueil desdites populations,
  • Remercions les gouvernements des pays voisins de l'Azawad pour l'attention particulière qu'ils ont apportée aux réfugiés,
  • Demandons l'implication effective de la Coordination Humanitaire des Nations Unies (OCHA), pour une analyse réelle de la question Touarègue aux organes compétents du Système de Nations Unies (SNU),
  • Lançons un appel aux Organisations internationales pour l'ouverture d'un corridor humanitaire pour les femmes et les enfants des populations déplacées à l'intérieur de l'Azawad, abandonnées à elles-mêmes.


Le 07 Juin 20012

La présidente des femmes réfugiées à Ouagadougou

Fadimata Walet Oumar