Le Mali cherche une immunité parlementaire au baron de la drogue Ould Awainat

Epave d'"Air Cocaïne", le Boeing 727 retrouvé en cendre en Novembre 2009 près de Gao (Mali)

Il y a deux mois, nous faisions état d'un accord secret entre le Mali et l'industrie du crime organisé du pays qui consistait en la libération des deux barons du trafic de drogue en échange de la formation de milices Maures pour combattre aux côtés de l'armée Malienne. Aujourd'hui, le Mali creuse encore plus dans le puits de l'irresponsabilité en voulant octroyer une immunité parlementaire au narcotrafiquant Mohamed Ould Awainat.

Le Samedi 7 Janvier 2012, Toumast Press annonçait en exclusivité la prochaine libération de deux Maures arrêtés dans le cadre des pressions occidentales suite à l'affaire "Air Cocaïne". Avant d'être confirmé plusieurs semaines plus tard par des journaux Maliens, nous annoncions les termes de l'accord comme suit:

- Le Gouvernement Malien libère les deux barons du trafic de la drogue (Mohamed Ould Owainat et un Malien originaire de Lâayoune au Sahara Occidental) arrêtés dans l'Affaire d'Air Cocaïne, ce Boeing 727 transportant de la drogue et dont l'épave calciné fut retrouvé à Tarkint, à 150 km de Gao.

- En contrepartie, la communauté Maure forme des milices qui combattront le MNLA

Comme prévu, ces milices ont été formées et ont combattu sous les ordres du Colonel-Major Abderahmane Ould Meydou en lieu et place du gros du contingent de l'armée Malienne. Mais la quasi-totalité de ces milices ont été anéanties lors des embuscades tendues par les brigades du MNLA dans la nuit du 17 au 18 Janvier vers Ménaka, et le 20 Janvier vers Aguelhoc.

L'anéantissement des milices Maures, ajoutée au traumatisme du Colonel-Major Ould Meydou qui n'a plus participé à des combats depuis le 20 Janvier a fait du Colonel-Major Al-Haji Ag Gamou l'homme de la dernière chance pour le Mali. Après l'échec de la mission de ce dernier qui n'a pas pu ravitailler le camp militaire Amashash de Tessalit il y a 3 jours, le gouvernement Malien se retrouve encore une fois obligé de sortir du sentier de la légalité; sentier, qui rappelons le, il emprunte très rarement.

C'est ainsi que rentre en scène Ben Maouloud, bras droit du Président Malien Amadou Toumani Touré. Ce dernier contacte l'homme de terrain Baba Ould Achouekh, maire de la commune de Tarkint, et véritable cerveau des relations privilégiées entre la présidence Malienne et le milieu des crimes organisés. Pour rappel, Baba Ould Achouekh est l'auteur de l'enlèvements des 4 otages européens dans le Sahel précisément à la frontière entre le Mali et le Niger le 22 Janvier 2009. Après avoir les avoir enlevés, Baba Ould Achouekh passera de l'autre côté de la table en devenant le négociateur en chef pour leur libération des mains d'Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI). Il ne réussira cependant pas à faire libérer l'Anglais Edwin Dyer qui sera assassiné en Juin 2009 par Abou Zeid -un chef radical d'AQMI- après le refus du gouvernement britannique de payer une rançon à l'organisation terroriste.

Après avoir été contacté par le bras droit du Président Malien, Baba Ould Achouekh contactera à son tour le baron de la drogue récemment libéré Mohamed Ould Awainat. De son vrai nom Mohamed Ould Sidahmed, il affirmera à son interlocuteur que la condition sine qua non à toute coopération de sa part sera l'obtention d'une garantie de ne plus être inquiété par les justices occidentales qui l'ont dans leur ligne de mire dans le cadre des dizaines de vols d'Air Cocaïne.

Ne reculant devant rien, la présidence Malienne a donné l'assurance à Mohamed Ould Awainat qu'il sera élue lors des échéances de Mars 2012 à Bourem comme Haut Conseiller aux Collectivités Territoriales, l'équivalent du Senat dans le système administratif Français. L'élection à ce poste lui permettra d'obtenir une immunité parlementaire qui le protègera de toute poursuite judiciaire nationale et internationale. En échange, le baron de la drogue permettra le recrutement d'autres milices Maures pour combattre le MNLA en lieu et place de l'armée Malienne.

Cette immunité parlementaire permettra à Mohamed Ould Awainat d'accroitre encore plus son trafic de drogue, et de favoriser le terrorisme dans la région. Outre son proche Baba Ould Achouekh impliquer dans l'enlevement des 4 touristes occidentaux, il est à noter que Mohamed Ould Awainat est le cousin germain d'Ahmed Boufalja, qui est l'auteur de l'enlèvement à Niamey pour le compte d'AQMI d'Antoine de Léocour et Vincent Delory, deux ressortissants français qui perdront la vie lors d'une opération millitaire conjointe du Niger et de la France. Si ce baron de la drogue obtient une immunité parlementaire, ceci n'entrainera qu'encore plus de chaos dans la région étant donné que l'homme est une pièce incontournable du crime organisé au Mali et dans le Sahel.

Vu les liens confirmés entre Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) et Boko Haram, nous attirons l'attention du Nigeria sur cette affaire qui ne fera qu'augmenter la menace dont elle fait face. Aux chancelleries occidentales soucieuses de la non-prolifération terroriste dans le Sahel, nous demandons de mettre tout leur poids dans la balance pour que non seulement Mohamed Ould Awainat n'obtienne pas une immunité parlementaire, mais pour qu'aussi il retourne en prison, place qu'il aurait toujours dû être dans tous les états soucieux du droit.


Par Alghatek Ag Emasseye