22 Septembre : Le Mali fête son indépendance; Kidal commémore le début de son occupation

22-sept-occupation-colonisation-kidal

 

 

Il y a 53 ans, la France, seule puissance qui avait pu coloniser les Touareg et l'Azawad par extension, quittait l'Azawad. Au lieu de remettre les clefs de la nation à ses propriétaires auxquelles elle l'avait brutalement et machiavéliquement arraché, la France créait de toutes pièces un semblant d'état pour continuer son œuvre de colonisation et d'occupation. Ce semblant d'état n'est autre que le Mali d'aujourd'hui. Pour ôter de l'imaginaire des maliens la création de toutes pièces de leur etat, la France a intelligemment choisi comme nom du pays un ancien empire Bambara fondé en 1235 par Soundjata Keïta, un handicapé qui aurait arraché à lui tout seul un baobab, un arbre qui peut avoir une durée de vie de 6.000 ans.
Dès lors, le plan machiavélique de la France a marché car pour le commun des maliens, l'Azawad est un territoire que leur aurait légué leur ancêtre Soundjata Keïta, par conséquent, ils ne sauraient accepter qu'une partie de leur héritage leur soit ôter, entendez par là l'indépendance de l'Azawad. Pour améliorer encore plus la qualité de la mélodie mensongère dans laquelle ils sont bercés, la France prévoyant déjà les conflits entre l'Azawad et le Mali, leur a donné comme devise nationale «Un Peuple, Un But, Une Foi».
De même que les maliens croient dur comme fer que leur ancêtre Soundjata Keïta aurait arraché un baobab à lui tout seul, de même les maliens ne se rendent pas compte que l'Azawad n'a jamais partagé aucune histoire avec leurs empires, royaumes et organisations sociopolitiques. Tout différencie l'Azawad du Mali, absolument tout.
C'est donc non conscient du mensonge permanent dans lequel ils ont été bercés depuis le début de l'occupation française que les maliens ont fêtés hier l'accession de leur pays à l'indépendance le 22 Septembre 1960.
Seulement, contrairement aux maliens, tout le monde n'a pas été bercé dans un mensonge permanent. Les azawadiens, qui n'ont jamais pu être pacifiés par la France colonisatrice, n'ont jamais non plus permis que leur histoire soit falsifiée. Ils se rappellent bien que les clefs de leur liberté ne leurs ont plus appartenu depuis le début de la pénétration française à la fin du 19ème siècle.
Contrairement aux maliens, les azawadiens se souviennent que le 22 Septembre 1960, une colonisation brutale (française) a remplacé une autre (malienne).
C'est donc pour commémorer le début de la colonisation malienne que de nombreuses manifestations ont été organisées dans plusieurs villes de l'Azawad. Les réfugiés azawadiens ont été également au rendez-vous.
A Kidal, des centaines de personnes en majorité des femmes, piliers de la société Touareg, ont manifesté pour rappeler à qui veut l'entendre que l'Azawad contrairement au Mali ne fête pas son indépendance du 22 Septembre 1960, il fête plutôt le début de la deuxième colonisation de son histoire.

 

{gallery}stories/Manifestation-Rencontres/Azawad/Region-de-Kidal/Kidal-Ville/Kidal-22-Sept-1960/Gallery{/gallery}


Le Président Malien affirmait récemment que tout est négociable sauf l'indépendance et l'autonomie au Mali. Les populations de Kidal lui disent que "soit, l'Azawad et le Mali représentent de toutes façons deux entités complètement différentes ; les vœux des maliens par rapport à l'organisation de leur territoire n'engagent pas les azawadiens."


Par Acherif Ag Intakwa