Horreur à Kidal: L’armée malienne tire sur des manifestants; silence radio chez le MNLA

armee-malienne-exaction-manifestation-kidal-28-11-13Porté par les forces françaises de l'opération Serval, soutenu moralement par la mission onusienne, l'armée malienne se remet de son traumatisme et s'adonne aux actions macabres qui on fait sa renommée dans l'Azawad. Alors que les soldats maliens brillaient en 2012 par l'agilité de leurs jambes lors de leurs fuites face aux combattants du MNLA, la nouvelle légitimité que leur offre les forces dites neutres est l'occasion de faire montre de ce qu'ils savent faire de mieux : s'attaquer aux civils sans défenses.


Après avoir tué des centaines de civils dans le triangle Tombouctou-Gao-Gossi en début d'année, l'armée malienne profite aujourd'hui de l'incompétence et même de l'irresponsabilité terrible de la direction du MNLA pour commettre encore des violations de droits de l'Homme dans la région de Kidal.

Grace à son laisser-passer obtenu à travers l'Accord Préliminaire de Ouagadougou signé par un MNLA ignorant son contenu, le Mali avait commencé se positionner dans l'Azawad. Après s'être attaqué aux civils dans les campements lointains souvent en présence des représentants de la France et de l'ONU, aujourd'hui c'est dans la ville de Kidal même que la population se retrouve attaquée par ces bourreaux de toujours.
S'opposant à une visite du Premier Ministre malien Oumar Tatam Ly initialement prévu ce Jeudi à Kidal, des centaines de femmes et de jeunes se sont rendu à l'aérodrome de Kidal pour exprimer leur refus de la présence d'un corps étranger dans la ville.
Sans aucune sommation, l'armée malienne, couverte par la MINUSMA et la force Serval, a immédiatement ouvert le feu sur les manifestants. Les balles réelles tirées par les soldats maliens ont fait au moins 6 blessé par les manifestants dont les femmes Aïcha Walet Mohamedine et Danna Walet Douna qui n'avaient d'autres armes' que leurs slogans contre le Mali et pour l'indépendance de l'Azawad.
Comme souvent depuis près d'un an, les exactions de l'armée malienne se sont déroulées en présence de l'armée française et les casques bleus de la MINUSMA. Malgré cette présence, ni la France encore moins l'ONU ne condamneront les actions de l'armée malienne qu'ils protègent.
Alors qu'il se présentait il n'y a pas si longtemps comme un mouvement révolutionnaire défendant le bien des populations de l'Azawad, le MNLA, matérialiser par sa direction politique, ne juge pas nécessaire de faire même un seul communiqué écrit sur cet évènement macabre.
Malgré qu'elles sont désormais laissées à elles-mêmes, les populations de l'Azawad jurent de continuer à rejeter le Mali jusqu'à ce que des fils honnêtes de l'Azawad portent leurs revendications.

 

Par Ahmeyede Ag Ilkamassene