L’éducation dans la région de Kidal : une richesse en danger

Education-Enfants-Nomades

 

L’éducation, sans l’ombre d’un doute, est le plus important investissement que peux faire une communauté ou un pays afin de s’assurer un meilleur futur et un meilleur niveau de vie de sa population. De même, sans éducation l’avenir d’une communauté s’assombri. Ceci est encore plus vrai pour les communautés de la région de Kidal ; une région à l’espace géographique impitoyable, quasiment sans structures sanitaires et éducatives, et pour couronner le tout, un taux de chômage de la population locale qui avoisine les 80%.

Avant le déclenchement de la guerre entre le MNLA et le Mali, des espoirs commençaient enfin à naître dans le domaine de l’éducation enfantine. Malgré qu’il n’existe qu’un seul lycée dans toute la région de Kidal et aucune structure d’aide et d’appuis aux enfants des campements nomades souhaitant continuer leurs études secondaire, à travers de nombreuses campagnes de sensibilisations, nombreuses étaient les communautés qui ont consenties de grands efforts pour que leurs enfants aillent ou continuent leurs études dans la ville de Kidal. Aussi, nombreux étaient les acteurs locaux qui avaient des projets de création ou d’expansions de structures éducatives.

Ces nobles initiatives ont été d’abord brusquement freinées à cause de la guerre entre le MNLA et le Mali durant le premier semestre 2012. Le contrôle de la ville par les Islamistes d’Ansar Dine durant le reste de l’année 2012 a été fatal au système éducatif dans la ville car les hommes d’Iyad Ag Ghaly ont combattus une éducation laïque qu’ils ont jugée comme étant contraire à leur Sharia. L’endoctrinement des jeunes enfants a remplacé les matières scientifiques. Malgré le départ d’Ansar Adine à la suite de l’Opération Serval, l’éducation reste quasi-inexistante dans la région de Kidal, et ce, malgré les nombreuses tentatives des populations locales.

Tita Ag Bakrene, parent d’élèves à Kidal fait un constant sombre. "L’école est devenue aujourd’hui inaccessible à cause de la situation actuelle ajoutée à l’insécurité de plus en plus grandissante. Ceux qui ont les moyens financiers ont envoyés leurs enfants étudiés à Bamako. Certains s’attardent sur la possibilité du retour de l’école alors que les autres envoient leurs enfants dans des systèmes éducatifs informels. Les enfants qui ont connus l’école laïque avant la crise et qui n’ont pas d’autres options attendent son retour, mais en attendant ils trainent malheureusement dans les rues."

Aujourd’hui, la normalisation de l’éducation dans la ville de Kidal est freiné par certains groupes de la population locale, qui inspirée des pratiques d’Ansar Adine, s’opposent farouchement à ce qu’ils appellent une éducation laïque. A travers des séances de manipulations, et avec la bénédiction de certains pays dits démocratiques, ces groupes militent plutôt pour une éducation religieuse qui leur permettra d’asseoir leur pouvoir sur la population locale.

Alors qu’il est évident que la clef de l’amélioration du niveau de vie dans la région de Kidal passera inexorablement par un fort système éducatif laïc sans aucune coloration religieuse, Kidal se retrouve aujourd’hui comme un terrain de combat où s’expriment les intérêts égoïstes et tribalistes dans le but de manipuler les plus vulnérables et s’opposer à l’intérêt général. En prenant en otage la chose la plus sacrée pour la population de Kidal, ces groupes choisissent plutôt de se faire du mal à eux même car aucune autre partie autre que la population locale ne subira les conséquences négatives de ces terribles actions.

Pour Tita Ag Bakrene, ceux qui bloquent le retour à la normalisation de l’école dans la région pour des questions politiques "n’ont jamais pris le soin de demander l’avis des parents d’élèves encore celui des écoliers."

Abda Ag Kazine, le Maire-adjoint de la ville de Kidal tire une sonnette d’alarme. Pour lui, "l’avenir de notre jeunesse s’assombrie sans un système avec de fortes bases. Le manque d’instruction est le dénominateur commun de l’ensemble des problèmes des populations Touareg. Notre seul salut viendra le jour où notre taux d’éducation dépassera les 50% et que le taux de scolarisation des filles sera au moins autant élevé que celui des garçons."

Au nom de la région de Kidal, Abda Ag Kazine lance un appel à l’endroit de la communauté internationale. Il demande "son appui et celui de toutes les personnes de bonnes volontés pour ce peuple qui est pris en otage par ses leaders qui eux-mêmes sont souvent instrumentalisé par certaines politiques étrangères. et les politiques étrangères des Etats qu’il l’habites. Les enfants de la région se retrouvent à la merci de tous les dangers sans le retour d’une éducation de qualité. "

Tita Ag Bakrene continue en mettant en exergue les initiatives de la population locale. "Parce qu’il ne peut pas y avoir de normalisation sans l’éducation, des parents d’élèves ont rencontrés récemment Berk Koenders, le chef de la MINUSMA, pour qu’il milite fortement en faveur du retour de l’école à Kidal."

 

Par Nasroune Wallet Ouefane