Les hélicoptères français font de nombreux morts dans les rangs de la coalition terroriste

Iyad-Ag-Ghaly-Officiel-Mali--Comme annoncé dans notre dernière édition, la coalition terroriste a rapidement fait fondre les positions de l'armée telle une boule de neige au soleil. Face à la menace qui pesait sur la ville de Mopti, la France est venu au secours du Mali, une entité qu'elle avait déjà fabriqué de toute pièce en 1960. Pris de vitesses, les terroristes sont tombés sous les rafales des hélicoptères français.

Constatant la facilité avec laquelle elle a pris la ville de Kona, la coalition terroriste Ansar A-Dine, MUJAO, et AQMI à décidé de prendre rapidement les villes de Sevare, Diabally, et Mopti. Bien en sécurité à Tombouctou, Iyad Ag Ghaly et les leaders d'AQMI ont formés de groupes de terroristes avec pour objectif de prendre les villes de Sevare et de Diabally.
A ce moment précis, le Président malien Dioncounda Traoré a eu une longue conversation avec son homologue Français François Hollande. Au sortir de cette conversation, il a été décidé que l'armée française apportera un soutien immédiat à l'armée malienne qui était en état de décomposition avancée.
Pour la formalité, Dioncounda Traoré à transmis une demande officielle à la France lui demandant son intervention militaire. Quelques minutes plus tard, au moins quatre hélicoptères français sont intervenus sur les tronçons Komo-Diabaly et Komo-Sevare.
Ne s'entendant pas à cette arrivée française, la coalition terroriste a été prise de court. Selon les informations que nous avons pu recueillir, les hélicoptères français ont fait de nombreuses victimes dans les rangs terroristes.
Selon les sources, Kojak, le plus fidèle lieutenant de feu Ibrahim Ag Bahanga serait mort dans cette guerre qui ne lui appartient pourtant pas. Outre cet homme autrefois respecté dans l'Azawad, aux moins cinq (5) autres officiers Touareg qui avaient vendus leurs âmes à Iyad Ag Ghaly ont également péri dans les combats. Parmi les morts se trouveraient également des dizaines de jeunes désœuvrés qui se sont engagés dans un projet dont ils ignorent absolument tout.
A noter aussi que de nombreux Peulhs, Bambara, et ressortissants d'autres ethnies maliennes ont été tués dans les rangs terroristes.
La mort de ces personnes qui se sont laissé entrainer dans un projet machiavélique dont l'un des nombreux buts est détruire leur nation, l'Azawad, doit servir de leçons à tous et pour l'éternité. De toute évidence, cette opération n'est que le début du commencement de la guerre occidentale contre la coalition terroriste Ansar A-Dine, AQMI, et MUJAO. Nous demandons à tous les azawadiens pris en otage par ces organisations terroristes de déposer immédiatement les armes et de regagner la vie civile.


Par Ahmeyede Ag Ilkamassene