Toumast Press a suivi Nina Wallet Intalou, pilier du MNLA, au camp de réfugiés de Mbéra

nina-mberraTrès occupés par l'actualité géostratégique de l'Azawad, nous oublions souvent le terrible sort que vivent les populations refugiés de l'Azawad. Pour remédier à cela, pendant une dizaine de jours, une équipe de Toumast Press a suivi Nina Wallet Intalou, le pilier du MNLA, dans un voyage aussi fascinant que rempli d'émotions dans le camp de réfugiés de Mbéra en Mauritanie.

S.O.S Azawad: N'habitant pas les villes, ils sont les oubliés du moment

Attaye-Ag-Mohamed-desert

L'Azawad fait une fois et demie les 5 régions du Mali et le district de Bamako réunis. Dans ce vaste territoire très vulnérable aux aléas climatiques, les observateurs faisaient déjà état d'un risque de crise alimentaire grave depuis 2011. Malgré les importants afflux des populations vers les pays frontaliers, la majorité a choisit de rester sur place ; certain fuyant les villes.

Situations difficiles dans le camp de réfugiés de Mbéra en Mauritanie

refugies aghor_femmes_tentes

Pendant que presque tout le monde a les yeux rivés sur la future guerre Azawadienne contre le terrorisme, des centaines de milliers Azawadiens souffrent dans un silence total dans leurs abris de fortunes dans l'Azawad ou dans les camps de réfugiés. Grace à l'aide immense de certaines organisations humanitaires, le taux de mortalité des premiers mois a laissé place aux situations difficiles actuelles.

L'Azawad en marche, le plus grand hôpital national de nouveau fonctionnel

diaspora-touareg-europe

Grace à l'appui du Comité International de la Croix Rouge, la marche institutionnelle amorcée par l'Azawad ces dernières semaines se traduit aussi sur le plan médical avec la réouverture de l'hôpital de Gao, le plus grand de l'Azawad. Le MNLA dans son objectif de rétablissement rapide de l'ordre institutionnel dans l'Azawad a pris toutes les dispositions sécuritaires pour rassurer la Croix Rouge.

Crise humanitaire et des droits de l'Homme dans l'Azawad; que fait Moussa Ag Acharatoumane?

refugies-assan-midal-france-24-8

Les plus grands perdants de la lutte pour l'indépendance de l'Azawad sont sans aucun doute les populations civiles Azawadiennes qui se sont déplacés à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Azawad mais aussi les nombreux civils et militaires qui ont également été exécuté par l'armée Malienne dans un silence total. Ce silence qui nous blesse tous et dû en partie à ce qui ressemble à la démission de Moussa Ag Acharatoumane, Chargé des droits de l'Homme du MNLA, doit s'arrêter dans l'intérêt aussi bien du MNLA que des populations Azawadiennes.