L’armée malienne viole le cessez-le-feu de l’Accord Préliminaire en attaquant le MNLA à Foyta

armee-court-desertDans l'Azawad, la dure réalité continue encore de mettre en exergue les terribles défaillances de la direction politique du MNLA et son incompétence sans appelle qui a mené à la signature et au suivi de l'Accord Préliminaire de Ouagadougou. Cet accord que le Mali n'a jamais respecté vient de perdre tout son sens ce matin lorsque l'armée de ce pays a violé unilatéralement le cessez-le-feu en attaquant la base militaire du MNLA à Foyta, près de la frontière mauritanienne.

 

Depuis environ une semaine, des habitants locaux ont signalés à Toumast Press la présence d'un convoi de l'armée malienne lourdement armé qui faisait la navette entre les campements nomades de la région de Tombouctou afin d'y torturer les hommes. En effet, le mode opératoire, semblable à celui utilisé jusqu'il y a quelques mois dans le triangle Tombouctou-Gao-Gossi, consiste à s'introduire dans un campement et s'y accaparer de tout bien à valeur marchande et ensuite de frapper les hommes, les attachés et dans certains cas leur enlever soit un œil ou des doigts.
Depuis quelques jours, outre les actes de tortures précédemment cités, l'armée malienne embarquaient les nomades dans des camions militaires afin de les amener dans les prisons de Bamako. Pour Issouf Ag Alhamdou, cadre azawadien en Mauritanie, "ce changement brusque du mode opératoire de l'armée malienne est un moyen de faire monter la pression contre les groupes armées [MNLA, HCUA, MAA, NDLR] autour de la table de négociation [dans deux mois, NDLR] car ils devront limiter encore plus leurs demandes afin de pouvoir obtenir la libération des dizaines de milliers d'azawadiens dans les prisons de Bamako."
L'appétit venant en mangeant, l'armée malienne s'est approché depuis hier de la petite ville de Foyta, près de la frontière avec la Mauritanie. Pour rappel, Foyta est l'une des bases de cantonnements des combattants du MNLA conformément à l'accord préliminaire de Ouagadougou. Malgré la provocation d'une armée malienne qui ne devait pas s'approcher de Foyta, le MNLA n'a pas réagi. La non-réaction du MNLA ayant été interprétée par l'armée malienne comme étant de la peur, elle a pilonné la ville de Foyta tôt ce matin.
Surpris par cette violation unilatérale du cessez-le-feu, l'état-major militaire du MNLA a pris à témoin les forces "neutres" (MINUSMA, Serval) dont le laxisme a poussé les combattants du MNLA à répondre à l'attaque de Foyta.
Après la riposte du MNLA, l'armée malienne, comme à son habitude, a mis en exécution sa stratégie du repli tactique, comprenez par-là la fuite devant l'adversaire. Alors que la situation à Foyta est revenue à son calme au moment où nous mettons cet article sous presse, la tension pourrait rapidement remontée car l'armée malienne aurait pour intention de revenir dans la zone.
Cette violation unilatérale du cessez-le-feu remet en cause la raison d'existence même de l'Accord Préliminaire de Ouagadougou dont les termes ne s'appliquent qu'au MNLA et non au Mali qui est aveuglement soutenu par la France, un arbitre supposé pourtant être neutre.


Par Ahmeyede Ag Ilkamassene