A travers le chef d'AQMI Adelmalek Droukdel, l'Algérie tente de piéger l'Azawad

droukdel-Musab-Abdul-Wadud-Abdelmalek-Droukdel-retoucherPendant que l'Azawad avance à grandes jambées vers son indépendance effective et sa reconnaissance internationale, l'Algérie fait tout pour torpiller ce rêve des peuples de l'Azawad. L'agent du DRS Algérien et leader de l'organisation terroriste AQMI essai de créer le doute au sein de la communauté internationale en collant une étiquette terroriste à l'Azawad.

Nous l'avons toujours dit: l'état Algérien est le plus grand ennemi d'un Azawad libre, démocratique, laïc et indépendant. L'indépendance de ce pays a été obtenu en 1962 en grande partie grâce à l'effort de guerre des Kal Tamasheq (Touareg – aussi bien de l'Algérie que du Mali) et des Amazighs. Loin d'être reconnaissant, l'Algérie a été le plus grand alliés du colonisateur Malien contre l'Azawad et ses peuples.

Les révisionnistes de l'histoire de l'Azawad diront que le révolution Azawadienne de 1963 n'avait aucun caractère indépendantiste mais la réalité est toute autre. En Octobre 1963 une délégation de l'USRDA le parti unique Malien d'alors rencontra des leaders de la révolution à In-Tamake en vue de négocier l'arrêt de la rébellion. La réponse des leaders Azawadiens fut très simple: "Nous combattons pour notre indépendance. Nous ne voulons pas du Mali. Nous voulons notre indépendance, c'est tout ce que nous recherchons et nous ne pouvons pas rester avec le Mali. Nous sommes contre tous les principes de son parti et de son gouvernement".

Ce message on ne peut plus clair n'effrayait pas seulement le Mali, mais aussi le jeune état indépendant de l'Algérie dont la souveraineté était encore fragile. Ne voulant pas accepter un Azawad indépendant à ses frontières, l'Algérie offrit une aide militaire au Mali et y extrada un grand nombre de leaders de la rébellion dont l'ancien Chef Suprême des Ifoghas Zeid Ag Attaher que l'Algérie a trahi après lui avoir promis son aide.

Le combat Azawadien pour l'indépendance étant une continuité, l'effort de l'Algérie pour le combattre l'est également. Pour faire échouer le MPLA (Mouvement Populaire pour la Libération de l'Azawad) et la rébellion de 1990 qui avait encore un caractère indépendantiste, l'Algérie favorisa l'éclatement de ce mouvement en poussant les Maures à y sortir pour créer le FIAA (Front Islamique Arabe de l'Azawad). Plus tard, ce sera le tour d'une partie des Kal Tamasheq (Touareg) réunis autours d'Iyad Ag Ghaly que l'Algérie poussera à créer le MPA (Mouvement Populaire de l'Azawad). Avec ces deux pions, l'Algérie invitera le Mali à Tamanrasset pour signer l'Accord préfabriqué dit de Tamanrasset de Janvier 1991 sans aucune négociation entre les belligérants. Après cet accord, l'Algérie fera tout pour détruire pour détruire la rébellion Azawadienne en favorisant le tribalisme entre Azawadiens.

Bis répétita placent pour l'Algérie en 2012. Le nationalisme Azawadien étant aujourd'hui difficile à ébranler, l'Algérie se concentre sur Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI), le démembrement de son DRS. Le rôle d'AQMI consiste à donner un caractère salafiste et terroriste à la lutte noble et légitime du MNLA. Avec Iyad Ag Ghaly d'Ansar Adine, l'Algérie croyait avoir un partenaire de choix pour torpiller l'Azawad, mais le travail de l'état-major et du bureau politique du MNLA finirent par convaincre cet enfant égaré de l'Azawad qu'il ne peut plus aller à contre-courant.

Négociateur en chef pour la libération des otages occidentaux détenus par AQMI et ancien agent du DRS Algérien, Iyad Ag Ghaly sait qu'il risque la mort s'il arrête de suivre les instructions de l'Algérie. Après de longues discussions et des garanties du MNLA, cet homme aussi versatile qu'un caméléon a fini par comprendre qu'il ne peut plus aller à contre-courant de la volonté de son peuple qui n'a jamais voulu du Mali. Sentant ce changement, l'Algérie met en marche tous ses pions avant d'envahir peut-être l'Azawad dans le futur.

Une source proche du Colonel-Major AlHaji Ag Gamou nous apprend qu'il se trouve en Algérie depuis deux jours. Selon cette source, ce voyage a pour objectif de mettre en place une résistance armée pro-Malienne dirigée par le Colonel-Major AlHaji Ag Gamou. L'Algérie tenterait de grandes manœuvres pour que le Colonel-Major AlHaji Ag Gamou accepte de diriger le MRRA (Mouvement Républicain pour la Restauration de l'Azawad). Nous doutons que ces échanges portent le fruit escompter par l'Algérie, car quoi qu'on dise le Colonel-Major AlHaji Ag Gamou sait que son bonheur va de pair avec celui de son peuple, au nom duquel il a affronté de 1992 à 1995 l'armée Malienne et le MPA d'Iyad Ag Ghaly sous instigation de l'Algérie.

Prenant conscience que l'Azawad se dirige à grand pas vers son indépendance effective et échappe du coup à son control, l'Algérie sort sa dernière plus grande manipulation: Abdelmalek Droukdel, l'agent du DRS et non moins leader de l'organisation terroriste AQMI. Pour créer le doute au sein de l'opinion international, Droukdel vient de transmettre un enregistrement sonore au quotidien Mauritanien Sahara Media dans lequel il essai de coller une étiquette terroriste à l'Azawad.

Dans ce message authentifié et traduit par SITE l'autorité de surveillance antiterroriste Américaine, Droukdel invite les combattants d'AQMI à venir en support à Ansar Adine et coopérer avec le MNLA pour la construction d'un état qu'il veut Islamique. Pour jouer encore sur la peur de la communauté internationale, il encourage Ansar Adine à implémenter "graduellement" la sharia dans l'Azawad.

Cette annonce n'est pas faite au hasard. Elle a tout simplement pour objectif d'effrayer la communauté internationale et de rendre difficile la reconnaissance de l'indépendance de l'Azawad. En effet, le message de Droukdel fut transmis à Sahara Media 24heures après l'invitation d'une délégation de haut niveau du MNLA au Parlement Européen à Strasbourg. Après les rencontres de Bruxelles dans lesquels le MNLA a obtenu le support d'une partie des législateurs Belges et Flamand, à Strasbourg, des eurodéputés ont exprimé leur intérêt au combat noble et légitime du MNLA et ont demandé à leurs collègues de resté attentifs à la soif de liberté des peuples de l'Azawad. C'est donc après ce grand succès du MNLA sur la scène diplomatique internationale que l'Algérie à travers Droukdel, essaye de créer un doute.

Mais l'Algérie semble ignorer qu'une majorité des eurodéputés sont informés sur les étroites relations qui existent entre elle et l'organisation terroriste AQMI, et ne se laisseront pas manipuler par cet état. En France, un récent rapport parlementaire souligne les "ambiguïtés" de l'Algérie dans la lutte contre AQMI. Sur le plan national, les Azawadiens sont aujourd'hui tous conscient des manœuvres Algériennes et prennent toutes les précautions pour que les tentatives de ce plus grand ennemi d'un Azawad indépendant soient vouées à l'échec.


Par Acherif Ag Intakwa