Vidéo en Tamasheq: pensée d’un leader d’opinion de l’Azawad sur la lutte pour l’indépendance

parole-societe-civile-1-Le medias Azawad 24 a lancé une nouvelle émission consistant a donné la parole à la société civile de l'Azawad afin que ses expressions puissent être entendues au-delà des frontières de l'Azawad. Dans cette émission en langue Tamasheq, un leader d'opinion offre sa lecture des évènements et encourage les uns et les autres à persévérer encore plus pour les réussites des idéaux de la révolution pour l'accession de l'Azawad à l'indépendance.

 

Selon lui, une indépendance ne s'obtient pas après quelques mois ou quelques années de lutte. L'indépendance s'obtient après au moins 50 ans de lutte. Elle demande un combat de longue durée dans lequel il n'y a pas de place pour les découragements. Il rappelle que cette lutte pour l'indépendance a déjà eu de très graves conséquences pour les azawadiens ; par conséquent, tous les azawadiens se doivent de redoubler d'efforts pour que cette révolution soit la dernière que connaitra l'Azawad.
Il félicite les leaders du MNLA et de l'Azawad parce qu'ils ont fait beaucoup de réalisations et ont permis de faire avancer la lutte pour l'indépendance de l'Azawad.
Il dit également qu'il n'a rien contre le Haut Conseil de l'Azawad si celui-ci a pour objectif l'Azawad, mais si l'objectif de celui-ci est de supporter le Mali, il dit que lui et les populations de l'Azawad seront contre lui.
Il est également contre le retour du Mali dans la région de Kidal car il rappelle que le Mali a une haine contre la région de Kidal et donc massacrera tout ce qu'il trouvera sur son chemin, empoisonnera les puits et tentera de faire les disparaitre les Touareg comme en 1963.
Il félicite également et encourage les utilisateurs des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter car selon lui ceux-ci sont des vrais combattants pour la lutte de l'indépendance de l'Azawad.
Il apporte son rejet total de ceux qu'il appelle les "Kal Sawe-Sawe", c'est-à-dire les Touareg tribaliste qui mette toujours leur famille ou leur clan ou leur tribu en avant et sont toujours prêt à combattre l'intérêt général des Touareg. Il demande à ceux que tous les Touareg combattent ce mal qu'est le tribalisme et la différenciation entre un même peuple qui partage pourtant les mêmes joies et les mêmes souffrances.
Il félicite chaleureusement les femmes de l'Azawad qui selon lui sont celles qui ont le plus œuvrer pour le succès de la révolution car jusqu'aujourd'hui il ne les a jamais entendu se plaindre. Elle participe à la révolution en donnant tout ce qu'elles ont comme bien matériel ou financier, elles font mêmes bien souvent plus d'efforts que les hommes qui sont pourtant supposés leur amené une révolution réussie.


 

 

Par Mahassiknane Ag Bigui