Le rônier de Koulouba (ATT) : Le début de la fin!

Amadou Toumani ToureAhmadou Kourouma écrit : « il n'y a pas de marche qui un jour ne finit pas. »

Oui chaque chose a une fin comme l'a chanté notre très chère regrettée Tara Bouaré : « SANOU NEKE NI YO YARI NEKE NI YO MOKO BI Y KILE KE KA MOKO KELE KILE TE DIEN LA BAN » traduction (chaque homme fait son temps mais personne n'est éternelle).

Pendant deux mandatures (de 2002 à 2012) le peuple combattant du Mali a fait confiance à ATT pour mener son bateau vers les meilleures eaux du Djoliba, il arrimera bientôt. Oh ! Que la traversée a été longue et éprouvante pour le bas peuple ! Dix (10) ans après la pilule est amère à avaler. Un cauchemar est en marche comme le démontrent les aléas Maliens.

La Lutte et l'Espérance sont les Fleurs du Destin des Peuples Opprimés

 

La secheresse a MenakaLe régime en place instrumentalise la misère sociale et répand partout l'horreur meurtrière dans l'Azawad. A écouter le Ministre Malien de l'Administration Territoriale et des Collectivités Locales à la cérémonie de remise des trophées à la presse écrite et orale on ne peut défendre le contraire. Le Vendredi 30 Décembre 2011, Monsieur Kafougouna Koné avançait : «Il suffit d'aimer son pays et d'être discipliner pour le développer».

Devoir de Mémoire: Pillage des maisons Tamasheq et Arabes en 1991 à Gao

gao-routeDans un précédant article nous signalions la renaissance de la milice Gandakoy, orchestré par le Mali afin de transposer la prochaine rébellion du terrain de la révolution à celui de la guerre civile. Il y a 20 ans, le Mali utilisait le même procédé. Pour marquer les familles Tamasheq (et Arabes) de Gao, il avait fait saccagé leur maisons le 27 Avril 1991. Nous mettons en ligne une pétition/circulaire qui avait été écrite par des victimes de l'époque.