Lettre ouverte: Appel aux combattants et officiers du MNLA pour rejoindre immédiatement le front

ismaiel-ag-babahmed-mitraillete-azawad-flag

 

Ce Mercredi 5 Juin 2013, l'histoire a pris une autre tournure dans l'Azawad. Pendant que nos chefs nous ont forcés à accepter un cessez-le-feu unilatéral avec l'armée malienne, cette armée génocidaire a démontré une fois de plus qu'elle n'a aucun respect pour aucune règle que ce soit. Elle n'a aucun respect pour la vie humaine (vu les milliers de civils qu'elle a déjà tué dans l'indifférence total des gouvernements mondiaux) et maintenant elle démontre qu'elle n'a aucun respect pour les règles de guerre.
Il faut que les politiciens du MNLA qui font le concours des plus beaux boubous, basins riches et turbans à Ouagadougou prennent rapidement conscience qu'un verre brisé ne peut plus jamais se réparé. Les verres de l'Azawad ne font que se briser depuis 1953.
Le Mali ne veut pas la paix. Le Mali ne veut que notre destruction qui sera la seule chose qui pourra le soulager. La communauté internationale n'est pas prête à imposer la paix au Mali. Pour cela, il suffit seulement de voir que la France a condamné des faux exactions contre les populations noires à Kidal, alors que cette même France n'a jamais condamné les massacres, les viols, les tortures et les autres exactions subies par les civiles Touareg et Arabe généralement devant les yeux de ses propres soldats.
C'est la même chose pour la communauté internationale dans son entier. Aucun pays, je dis bien aucun pays dans ce monde n'a condamné les exactions du Mali contre nos populations civiles. Croyez-vous que des pays qui ne sont pas capables d'appeler au respect de la vie de civils innocents vont imposer quelque chose au Mali? Réveillez-vous Messieurs les politiciens du MNLA. Les négociations que vous vous entêtez à poursuivre ne donneront rien à part quelques millions de francs CFA dans vos comptes. La communauté internationale sur laquelle vous comptez naïvement n'imposera jamais rien au Mali. Le Mali lui ne vous servira que son mépris. Il a d'ailleurs montré son mépris pour vous en invitant sur la même table que vous le MAA qui est un outil de blanchiment pour les terroristes du MUJAO, Ansar Charia et continu de traquer nos populations civiles à Ber et ailleurs.
Je dis aux politiciens du MNLA d'abandonner les négociations illusoires qui ne feront que donner plus de temps et plus de pouvoir au Mali et à son armée. Je leur demande de faire ce qu'ils n'ont pas réussi à faire depuis 2011: trouvez nous des partenaires au lieu de dormir dans des hôtels et faire des concours des plus beaux boubous. Trouvez-nous des états qui n'ont pas peur de soutenir notre lutte légitime pour l'aspiration de nos populations.
A l'heure actuelle, nos forces surveillent les mouvements de l'armée malienne sur plusieurs fronts. Le Mali a dit son message: il ne veut que la guerre. Son attaque à Anefif n'est pas un acte isolé comme ils veulent le faire croire par stratégie militaire. Nous les attendons. "Le tigre ne crie pas sa tigritude: il bondit sur sa proie."
Nos combattants, à commencer par les jeunes, sont en train d'affluer de partout pour rejoindre les fronts sur lesquelles nous préparons un accueil à l'armée génocidaire du Mali. Les autres qui n'ont pas rejoint les différents fronts doivent le faire immédiatement. Au nom des jeunes combattants je lance un appel pressant à l'endroit des officiers qui sont dans les pays voisins et qui ont apparemment oubliés qu'ils sont des officiers et non des politiciens ou civils.
Que tout le monde rejoigne sa brigade d'affectation. Le Mali veut la guerre. Il l'aura cette fois-ci. Nous avons la légalité et la légitimité avec nous. Le Mali peut être supporté par tous ses pays amis et tous les partenaires qu'il veut, si on est unis nul peut nous vaincre.


Ismaiel Ag Babahmed,
Jeune Combattant du MNLA.