Attentat suicide à Gao : Au moins 60 morts

TP Breve Alerte 630 Alors que la situation de ni-guerre, ni paix est de mise et que l’accord de paix d’Alger de 2015 peine à porter fruit, la violence et les activités continuent dans l’Azawad comme si de rien n’était. Ce matin, aux alentours de 9 heures (GMT) un kamikaze explosait son véhicule au sein du camp militaire abritant les combattants qui devraient faire partie des unités du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) en charge des patrouilles mixtes dans l’Azawad.
Après l’explosion, le bilan est lourd, très lourd. Les sources médicales de la ville font état d’au moins 60 personnes qui ont perdus la vie et au moins 115 autres qui sont blessés, dont certains gravement ; ce qui laisse présager un bilan encore plus lourd au cours des prochaines heures.

Les victimes sont de toutes les parties prenantes au MOC, c’est-à-dire la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), la Plateforme et l’Armée malienne. La mission onusienne MINUSMA en charge du MOC montre encore ici sa difficulté à sécuriser son personnel et ses collaborateurs. Pour Herve Ladousous, Chef des opérations de militaires des Nations Unies, «si la situation sécuritaire continue à se détériorer, il n’y aura bientôt plus de paix à maintenir au Mali».

Si l’attaque n’a pas encore été revendiquée, elle porte sans aucun doute toutes les marques des organisations terroristes sévissant dans la bande sahélo-saharienne, en l’occurrence, AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique) et Ansar Adine entre autres. Si la responsabilité terroriste de l’attentat est avérée, ces organisations démontrent à travers l’une des attaques plus violentes dans l’Azawad qu’ils sont plus que jamais contre la paix et la quiétude des populations.

La rédaction